Esclavage en Libye : Révélations de CNN et mise en perspective

Intercepter en mer les migrants qui tentent de traverser la Méditerranée et organiser leur retour, telle est la mission confiée par l’Union européenne à la Libye. Cette politique migratoire qui a été qualifiée de désastreuse par l’ONG Médecins Sans Frontières, cache une bien triste réalité qui soulève la question du respect de la dignité humaine.

Beaucoup de centres de rétention lybiens sont en effet aujourd’hui le théâtre des violations des droits de l’homme, avec des scènes de tortures et de viols devenus le lot quotidien des migrants privés de liberté.

D’après le sociologique Mehdi Alioua, président du Groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et des migrants (Gadem), c’est en réalité toute la problématique d’un racisme anti-Noirs au Maghreb qui a resurgit à la lumière des révélations faites par CNN, à savoir la dénonciation d’un commerce aux enchères de migrants venus d’Afrique noire vendus comme esclaves.
Il semblerait qu’une forme de pigmentocratie maintienne dans l’imaginaire l’association de la peau noire à un statut inférieur. « L’esclavage, la chosification du corps est la forme la plus extrême du racisme » s’exprime-t-il en réponse à la vidéo choc, qui a vite fait de susciter de nombreuses marches de révolte, tribunes Twitter, et filtre Facebook.

Le scandale a par ailleurs fait ressortir la question de l’esclavage en Afrique qui a cours sans faire de vague dans des pays d’Afrique noire. 13,6% des esclaves dans le monde se trouvent en effet en Afrique subsaharienne… Les pays leaders étant la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan et la Mauritanie. Le manque de réaction et d’intérêt face à cette question pose alors la question de savoir s’il y aurait quelque chose de plus acceptable dans nos esprits dans la mise en esclavage de l’homme noir par l’homme noir.

La polémique suscitée aura permis de mettre publiquement la Libye et l’UE face à leurs responsabilités.
Aujourd’hui, selon le HCR, 390 000 migrants sont bloqués en Libye, dont 7000 à 9000 privés de liberté. Affaire à suivre en ce qui concerne les mesures concrètes de réponse…

Esclavage en Libye : Révélations de CNN et mise en perspective

Article écrit par Emeraude Morice (9e génération d’ENU)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *