« Les femmes méritent d’être moins payées que les hommes »

A l’heure où certains défendent les droits des femmes, l’égalité salariale et la non discrimination, luttent contre les plafonds de verre, le sexisme et les mentalités rétrogrades, d’autres comme le député polonais Janusz Korwin-Mikke énonce de manière décomplexée : « Les femmes sont moins intelligentes, plus fragiles, plus petites et méritent donc d’être moins payées que les hommes », le 1er mars 2017.

"Les femmes méritent d'être moins payées que les hommes"

Cette phrase non dénuée d’une petite pointe de machisme et de sexisme dirons nous pudiquement n’est pas extraite d’un livre d’histoire, ni même d’une contrée reculée, il s’agit bien là d’un discours énoncé en mars 2017 au sein du parlement européen à Bruxelles ! Mais quels vaillants arguments sont venus appuyer cette honorable thèse ? Le choix vous est tout donné entre le classement aux jeux d’échecs et celui aux olympiades de physique. Un panel d’arguments extrêmement large en définitive.

Mais ce député n’en est pas à son coup d’essai: après les jeunes chômeurs comparés à des « nègres », les immigrants à des « excréments » et le solennel mais non moins discret salut hitlérien dans l’hémicycle, les femmes ont fini par se voir flattées de ses éloges.

Cette attaque à l’égard des femmes en a scandalisé plus d’un. La première fut sans nul doute l’eurodéputée espagnole Iratxe García qui n’hésita pas à déclarer : « Selon votre théorie, je n’aurais pas le droit de me tenir ici comme députée. Et je sais que ça vous fait mal, je sais que ça vous peine et que ça vous préoccupe qu’aujourd’hui, nous les femmes, nous puissions représenter le peuple dans les mêmes conditions que vous. À cette place, je vais défendre les femmes européennes contre les hommes comme vous! ».

Pas d’autres réactions dans l’hémicycle mais tous les députés semblaient partager l’avis de leur collègue espagnole. Une enquête a par ailleurs été ouverte suite aux dépôts de nombreuses plaintes adressées à ce député controversé qui avait pour ainsi dire une idée bien arrêtée sur la question des inégalités salariales.

Une telle publicité ne sera peut être pas en sa faveur pour sa potentielle candidature aux présidentielles de 2020, mais ce ne sera pas faute d‘avoir déjà candidaté en 1995, 2000, 2005, 2010 et 2015.

Article écrit par Zineb Sqalli (9e génération d’ENU)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *